About Nadira FAHED

C’est par amour de la traduction que j’ai choisi cette spécialité. J’ai alors vite découvert que cet amour que j’estimais déjà profond allait fleurir au fur et à mesure que j’explorais ce vaste domaine. La traduction ne cesse de me dévoiler de nouveaux horizons. Elle me pousse aussi à rechercher avec passion de plus en plus de connaissances et à vivre de nouvelles expériences.
Crédit photo: https://www.facebook.com/pages/%D8%A8%D8%B3%D8%B7%D8%A9-%D8%A7%D8%A8%D8%AF%D8%A7%D8%B9/131519670229327?sk=photos_stream

Palestine : La « Plateforme de l’innovation » au service des jeunes talents

Face aux traditions qui monopolisent le paysage culturel en Palestine, des jeunes se révoltent à leur manière et créent une plateforme d’échange. Cette initiative vise à mettre en valeur les jeunes talents dans différents domaines dont la littérature, la poésie, le théâtre, et l’art…

Repoussés et marginalisés, de nouveaux talents palestiniens trouvent dans la « Plateforme de l’innovation » (بسطة الإبداع) un moyen de s’exprimer et de montrer leurs aptitudes. Le nom de cette plateforme en arabe (basta) rappelle les étalages en bois sur lesquels les camelots (marchands ambulants) exposent leur marchandise. Non, ce n’est pas une coïncidence. Ce nom illustre la facilité de l’échange culturel sur cette plateforme et de la mise à jour de son contenu.

La Plateforme voit le jour suite à des discussions sur le réseau social Facebook entre quelques jeunes qui lancent une initiative visant à mettre en valeur les jeunes talents marginalisés. Ils organisent alors une pièce de théâtre à Ramallah le 17 avril 2010 ciblant les jeunes intéressés par la culture. Suite au vif succès de cette première tentative, la « Plateforme de la poésie », consacrée aux talents poétiques de différents styles, voit le jour. Une troisième étape s’ensuit : la « Plateforme de couleurs » qui fait appel aux talents artistiques. Finalement, le projet « Visions » est lancé et  vise à dévoiler les jeunes talents dans les écoles.

 

La "Plateforme de l'innovation" prend vite du succès.  Crédit photo: http://www.alapn.com/ar/news.php?cat=2&id=14358

La « Plateforme de l’innovation » remporte un vif succès.
Crédit image : http://www.alapn.com/ar/news.php?cat=2&id=14358

Ouverte à tous, la « Plateforme » ne juge les personnes que d’après leurs talents. « Même les handicapés jouissant de talents exceptionnels y sont les bienvenus », déclare fièrement la personne en charge du projet, Mohamed Radi Ata.

Cette initiative vient adoucir les mœurs dans une région marquée par les conflits et les guerres. Elle permet aux jeunes Arabes de s’exprimer en beauté et d’oublier le climat de violence dans lequel ils vivent.

بديعة زيدان، « «بسطة إبداع» تدعم مواهب فلسطينية مهمشة » »، في جريدة الحياة،  ، 5 كانون الثاني 2014

http://alhayat.com/Details/589645

 

 

Aveuglées… de nuit comme de jour

Coupure de courant

La dame en vert : « À cause de l’obscurité, j’ai porté mes vêtements à l’envers deux jours de suite…»

La dame en noir : « Estime-toi heureuse… En raison de l’obscurité,  j’ai passé toute une semaine avec cet homme tout en le croyant mon mari !»

 

À chaque sexe sa langue

La vie à deux n’est pas un long fleuve tranquille. Tensions, disputes, malentendus… Les problèmes de couple n’en finissent pas. La cause ? Les hommes parlent le « Menglish », une langue que eux seuls comprennent. Si les femmes l’apprenaient, leur relation pourrait faire long feu. 

L’apprentissage d’une nouvelle langue représente aujourd’hui la solution aux problèmes de couple. C’est ce que propose la spécialiste de l’amour et des relations amoureuses, Julie Anne Shapiro. Un seul choix s’impose : les femmes doivent apprendre le « Menglish », l’anglais propre aux hommes.

Bien que les deux sexes utilisent les mêmes paroles, hommes et femmes parlent deux langues distinctes. Leurs propos portent des sens divergents ce qui engendre des effets catastrophiques. Dénommée « Menglish », la langue des hommes semble énigmatique pour les femmes. Shapiro appelle donc ces dernières à apprendre cette langue afin de mieux comprendre les hommes et de rendre leurs relations avec eux plus harmonieuses.

D’emblée, les femmes doivent saisir les différences qui se posent par nature entre les deux sexes. Une femme peut facilement exprimer ses sentiments et se trouve réconfortée en le faisant. Elle ne cesse de penser à plusieurs choses à la fois et se met vite à l’action. Par contre, l’homme, laconique par excellence, répond par monosyllabes car il ne peut se concentrer que sur une seule chose et aime surtout se sentir utile, voire indispensable.

Les différences entre les deux sexes causent souvent des problèmes de communication. Crédit : http://www.telegraph.co.uk/women/womens-life/10610013/Menglish-is-stopping-couples-understanding-each-other.html

Les différences entre les deux sexes causent souvent des problèmes de communication.
Crédit : http://www.telegraph.co.uk/women/womens-life/10610013/Menglish-is-stopping-couples-understanding-each-other.html

Face à ses différences fondamentales, les femmes doivent modifier leur manière de réagir. Cela consiste non seulement à parler un langage neuf mais aussi à traiter les hommes d’une nouvelle façon. Quand elle demande à son partenaire son avis ou l’invite à exprimer ses sentiments, une femme doit prévoir un silence de 30 secondes, pas plus, pour que la langue de monsieur se délie et pour que la communication s’établisse entre eux. Et c’est quand son partenaire lui prête toute son attention qu’elle peut enfin exprimer ses émotions. Elle doit aussi lui montrer qu’elle est dépendante de lui… et la liste ne s’arrête pas là !

Le « Menglish » est une langue complexe qui a son propre vocabulaire et ses propres règles de grammaire. Alors, chères femmes, à vos cahiers… la tâche est laborieuse !

Rebecca Holman, “How to speak ‘Menglish’ – the language ‘only men’ understand” in The Telegraph, http://www.telegraph.co.uk/women/womens‐life/10608094/How‐to‐speak‐Menglish‐the‐languageonly‐men‐understand.html, 31 January 2014
Radhika Sanghani, “’Menglish’ is stopping couples understanding each other” in The Telegraph, http://www.telegraph.co.uk/women/womens‐life/10610013/Menglish‐is‐stopping‐couplesunderstanding‐each‐other.html, 31 January 2014

Une page ? Pas tout à fait !

 

 

Le client : « Prière de traduire ce document pour demain. C’est juste une affaire de 60 pages. »

Le traducteur : « Le délai est trop court. Je ne pourrai finir que 4 pages.  »

Une heure plus tard

Le client : « Nous comprenons parfaitement la situation. Prière de traduire ces « 4 pages » pour demain. »

Le traducteur : « Finalement… Je commence à mater mes clients ! »

 

Blogging: It’s No Piece of Cake

Writing in a blog to express oneself seems, at first, pretty simple. What easier task is there than to put one’s thoughts on paper?

Well, it’s not as easy as it looks. As I attempted to write my first article for the university’s translators’ blog, I learned a few lessons that not only changed my perception of the task but also deepened my interest in the whole process.

Lesson #1: Write in the language you are most comfortable expressing yourself in. I challenged myself to write in French only to realize that, while the articles were correct, they neither transmitted the message clearly nor captured the reader’s attention. On the other hand, my third attempt, in English, found very good reception.

Lesson #2: Practice. Blogging is in itself a skill. It takes a few tries before you can write a consistent text of just 300 words. Writing constantly, about anything, awakens your capacities and your choice of subjects.

Knowing where to start and what to write about is challenging; but once you do, blogging becomes enjoyable. Credit: http://www.blogelina.com/2014/04/beating-the-blogging-blues-focusing-staying-motivated-even-when-its-difficult/

Knowing where to start and what to write about is challenging; but once you do, blogging becomes enjoyable.
Credit: http://www.blogelina.com/2014/04/beating-the-blogging-blues-focusing-staying-motivated-even-when-its-difficult/

Lesson #3: Keep trying. The first article is always the most challenging. I had to modify, revise, and rewrite mine several times before it turned out to be good. It took me three whole weeks to finalize it. Instead of getting discouraged, benefit from such an experience. It will push you to write better and more rapidly.

Lesson #4: Be transparent and genuine. Instead of searching for the most sophisticated words and refined expressions, opt for simplicity and stay close to the reader. Be who you are; transmit your ideas in your own style.

Blogging pushed me to give my work a personal touch and learn a lot more than I imagined I would. It is a great experience, especially in an academic context, and adds a unique touch to the student’s journey. It’s no piece of cake, but once you get the gist of it, it becomes as good as cake!

Learning to blog is a step by step process. Be patient, enjoy it. Credit: http://chri1311.blogspot.com/

Learning to blog is a step by step process. Be patient, enjoy it.
Credit: http://chri1311.blogspot.com/