Quand la pauvreté entre par la porte, le bon sens s’en va par la fenêtre !

human_guinea_pig_t_shirt-p2359327129268060553pfu_400

Apparemment, un nouveau métier a vu le jour dans la société jordanienne. Au lieu de vivre dans la pauvreté et l’humiliation, les Jordaniens choisissent de devenir des cobayes humains pour des firmes pharmaceutiques américaines et européennes.

« Il est préférable de ressentir des douleurs ou d’être pris d’un vertige pendant quelques minutes que de rester à la maison sans un sou », estime Talal, un jeune homme de 25 ans qui se trouve au chômage comme beaucoup d’universitaires jordaniens. « Mon père a payé une fortune pour que je poursuive mes études, alors je ne peux pas rester à la maison en attendant que quelqu’un m’appelle pour une entrevue », ajoute-il. Il y voit aussi un acte humanitaire pour sauver des millions de vies.

Le chômage n’est malheureusement pas le seul motif. Criblé de dettes, Hazem, père de six enfants, se soumet à ses essais depuis cinq ans. Craignant la prison pour ses dettes impayées et la perte de son emploi à cause de la situation économique précaire des industries jordaniennes, il considère ces essais comme sa seule planche de salut.

Une situation idéale pour les firmes pharmaceutiques, surtout après les restrictions imposées sur les essais cliniques pratiqués sur les êtres humains en Europe et aux États-Unis. Les entreprises trouvent en Jordanie un marché qui leur permet de réduire considérablement les coûts de la recherche. Elles ont recours aux courtiers pour recruter des cobayes humains qui sont juste tenus de signer le formulaire de consentement éclairé et ne reçoivent comme indemnité que la maigre somme de 160 dinars jordaniens (environ 225 dollars américains).

Pour les autorités, ces essais respectent la loi. Le directeur général de l’Agence jordanienne des produits alimentaires et médicamenteux, Haeil Obeidat, affirme que l’Agence suit de près le travail des centres de recherche pharmaceutique. Quant au ministre jordanien de la Santé, Docteur Abdel Latif Wreikat, il soutient que les recherches sont soumises aux principes de la Déclaration d’Helsinki qui encadrent les essais cliniques.

Pour les défenseurs des droits de l’homme, comme le chef de l’Organisation arabe des droits de l’homme, Hani Dahleh, les essais sur les humains sont contraires aux lois divines et humaines.

Quoiqu’il en soit, les Jordaniens sont pris entre l’enclume de la pauvreté et le marteau des effets secondaires (nausées, vomissements, palpitations, rhinite, etc.). Ventre affamé n’a point d’oreilles…

Source :

ماهر الشوابكة، « شباب أردنيون «فئران مختبرات» الأدوية … لمواجهة البطالة »، في جريدة الحياة، ١٧

فبراير ٢٠١٣، http://alhayat.com/Details/484077

 

Aïe !… « L’Amour »

iAmour!

Caricature-Ar-IAmour

 

 

Lui :  Je t’offre la fleur de l’amour… mon amour !

Elle : Ah ! O.K. Merci

Lui : Et le doudou de l’amour… !

Elle : Un peluche ? Merci !

Lui : Je t’ai écrit un poème pour t’exprimer tout mon amour pour toi !

Elle : Ben !! Merci… Bof !

Lui : Je t’ai aussi acheté l’iPhone que tu voulais tant !

Elle : Chéri ! mon amour… Chéri, tu en fais trop ! Mon Dieu, comme tu es magnifique… Mon chouchou, toi…! Merci,  mon amour ! Tu es mon amour !

Lorsque l’État libanais aura des dents…

410901171_8b1e11d5e6

– Rester dans cet État…JUSQU’A QUAND ?

Un problème que la grande majorité des Libanais connaît bien et dont elle souffre de plus en plus. Et un sujet qui, une fois ouvert, ne peut plus être clos, tellement la folie des prix de l’immobilier fait voler en éclats toute lueur d’espoir des jeunes à faible revenu.

C’est tous les jours que Farid Haykal parcourt les journaux pour y trouver une annonce sur un appartement de moins de 120 000 dollars… mais en vain. Fiancé depuis deux ans, il n’arrive toujours pas à trouver un appartement pour sa future famille. Et pour cause : un appartement de 100 mètres carrés qui coûtait 70 000 dollars, il y a 5 ans, est estimé aujourd’hui  à 140 000 dollars, et ce même dans les régions éloignées de Beyrouth. Ainsi, l’appropriation de biens immobiliers devient de plus en plus le propre de l’élite. Sans oublier que les revenus n’ont pas augmenté et que le taux de chômage chez les jeunes a atteint 34 % selon les estimations de la Banque mondiale.

Selon l’agent immobilier Elias Hanna, la hausse déraisonnée du prix des petits et moyens appartements est due à l’augmentation de la demande de la part de Libanais résidents et non résidents et à la cupidité des courtiers immobiliers, des entrepreneurs et des propriétaires de terrains. Par ailleurs, la « ruée vers » les profits des promoteurs immobiliers en l’absence de l’intervention de l’État pour enrayer l’inflation réduit largement le pouvoir d’achat immobilier des jeunes.

Obstacle numéro un pour un ménage désireux d’acheter un appartement : un premier versement de l’ordre de 20 % du prix de l’appartement à verser à l’Établissement public pour l’habitat (EPH) pour obtenir un prêt, soit 20 000 à 30 000 dollars pour un appartement de 100 000 à 150 000 dollars. Pas facile, surtout si les parents n’ont pas mis de l’argent de côté pour leurs enfants ! Obstacle numéro deux : des conditions imposées par les banques avant d’octroyer tout crédit immobilier, à savoir que l’emprunteur doit être employé cadré depuis plus de deux ans ou exercer une profession libérale depuis plus de trois ans et que ses revenus mensuels ne soient pas inférieurs à 2 000 dollars, soit quatre fois le salaire minimum.

Et ce n’est pas tout… Même la minorité qui a pu régler le premier versement souffre des taux d’intérêt trop élevés des banques. Fares Khachane en est un exemple : il se plaint d’avoir payé à la banque au bout de 30 ans un montant global de 265 000 dollars pour un prêt de 150 000 dollars. Le risque est aussi élevé, d’autant plus que tout défaut de paiement conduit à une perte de l’immobilier après une courte période de grâce.

Et la location ? Pas une solution non plus au Liban ! 500 dollars en moyenne par mois pour un appartement des plus petits dans la banlieue de Beyrouth, ça vous tente ? Après tout, ce n’est pas pour rien que le nom de Beyrouth est ressorti dans une étude effectuée par le conseil international en immobilier d’entreprise Cushman and Wakefield sur les villes les plus chères au monde du point de vue loyer d’appartement. Notre capitale a été classée 37ème au monde, 13ème au Moyen-Orient et en Afrique et 1ère sur 10 villes arabes. De quoi être fiers !

Témoignage de Darine Khairallah, une citoyenne qui a fini par se résoudre à parcourir chaque jour de très longues distances pour arriver à son travail. « Les prix des loyers dépassent la moitié de mon salaire, même avec une colocataire », explique-t-elle. « La seule alternative aurait été de vivre avec plusieurs colocataires dans un appartement de 70 mètres carrés », confie-t-elle. Alternative que la jeune femme a, bien entendu, laissé tomber…

Ce problème n’est  pas, par ailleurs, sans répercussions négatives, comme l’explique la spécialiste des sciences sociales, Rana Tabet. Ne pas avoir d’appartement implique une dépendance des jeunes qui peut les conduire à la dépression et à la recherche d’une issue différente pour réaliser leurs rêves, telle que l’immigration, ou même le vol et le trafic de drogue.

La seule et unique solution selon elle : l’intervention efficace de l’État « afin d’imposer aux promoteurs immobiliers une ligne rouge à ne pas franchir et de les empêcher d’exploiter les citoyens ». Sinon, comment ces derniers regagneraient-ils la confiance en leur pays et penseraient-ils à y rester pour de bon et à s’approprier des biens immobiliers ?

Joséphine CANAAN

فيرونيك أبو غزاله، « لبنان: مشاريع زواج مؤجلة بانتظار حلم الشقة »، في جريدة الحياة، ١٢ نوفمبر ٢٠١٢، http://alhayat.com/Details/451885

 

 

Sida : Guérison en vue ou presque…

 

sida

Crédit Illustration : http://www.legox.com/wp-content/uploads/2009/02/sida.jpg

La médecine n’a pas fini de nous surprendre. Alors qu’on croyait que toute personne atteinte du SIDA était condamnée à perpétuité en quelque sorte, un nouvel exploit américain vient nous prouver tout le contraire. En réalité, une équipe de médecins américains au Mississipi a réussi à guérir un enfant atteint du virus. Une révélation dans le monde de la médecine mais avant tout un traitement bancal, soutenu par une petite dose de négligence et surtout beaucoup, beaucoup de chance.

Mars 2013, la nouvelle tombe. Un bébé naît dans un hôpital de l’état du Mississipi aux États-Unis avec le virus du SIDA contracté par sa mère qui, elle-même, ignorait tout de son état. Rapidement, après la naissance et le dépistage du virus, une équipe médicale est mobilisée afin d’établir une stratégie, in extremis, qui permettra de limiter autant que possible les dégâts de la maladie. Cette stratégie s’est basée sur une trithérapie, administrée juste après la naissance et combinant trois molécules différentes, et non pas sur un ou deux médicaments antirétroviraux comme c’est la règle. Le plus exceptionnel dans cette affaire, c’est l’arrêt du traitement à partir de l’âge de 18 mois. Au cours d’environ six mois, la mère et l’enfant n’ont plus donné signe de vie et se présentent de nouveau à l’hôpital quand l’enfant atteint l’âge de deux ans. Et miracle ! Le bébé ne présente plus aucun signe de la maladie.

Si certains commencent à croire au miracle, d’autres restent plus perplexes voire sceptiques, car, en réalité, les raisons de la guérison de ce patient restent inconnues inexpliquables et mystérieuses.

Cette guérison serait-elle une vraie révolution pour la science et la médecine ? Ou est-ce un concours de circonstances ? Mais ce qui et le plus injuste c’est que ce traitement dit fonctionnel semblerait réservé aux pays développés où les médicaments et les équipes médicales de haut niveau sont facilement accessibles.

Quoiqu’il en soit, cette guérison qui constitue le noyau de l’affaire, pousse les nombreux médecins qui travaillent sur ce cas à élucider le mystère ; à entamer des recherches, et pour certains optimistes, à envisager de généraliser un traitement similaire.

Crédit image : http://sang-pour-100-don-de-vie.over-blog.com/article-jeanne-mas-toute-premiere-fois-103188352.html

Crédit image : http://sang-pour-100-don-de-vie.over-blog.com/article-jeanne-mas-toute-premiere-fois-103188352.html

D’ici-là, si vous êtes séropositif vous ne devez en aucun cas arrêter votre traitement mais le poursuivre afin de limiter les dégâts. Si vous n’êtes pas séropositif, alors sortez couverts !

 

• Ian Sample, “US doctors cure child born with HIV’, in The Guardian, http://www.guardian.co.uk/society/2013/mar/03/us-doctors-cure-child-born-hiv, March 4, 2013.
• Sarah Boseley. HIV ‘cure’: is it the breakthrough it seems?”, in The Guardian, http://www.guardian.co.uk/society/2013/mar/04/hiv-cure-is-breakthrough-seems, March 4, 2013.

Trop beaux pour l’Arabie Saoudite !

blavk

Omar Borkan Al Gala, photographe, poète et acteur, serait l’un des trois hommes expulsés d’Arabie Saoudite.

Expulsés d’Arabie Saoudite parce que trop beaux ! Tel est le cas de trois Émiratis venus assister au festival d’AlJenadrivah en tant que « représentants de leur pays » selon The Telegraph. La police religieuse, les jugeant trop irrésistibles pour les femmes, a tôt fait de les évincer de la fête et de les renvoyer dans leur pays. Mesure due à l’état d’alerte déclenché ce soir-là par la présence inattendue d’une certaine artiste dans le pavillon des EAU ? On aura tout vu…

 Joséphine CANAAN

 

 

 
 
 
 
Melissa Locker.  « Saudi Arabia Reportedly Deports Men for Being ‘Too Handsome’», in Timehttp://newsfeed.time.com/2013/04/17/saudi-arabia-deported-men-for-being-too-handsome/, April 17, 2013.
Romil Patel, «Saudi Arabia Deports « Irresistible » Men Deemed too Handsome to Women», in The Telegraphhttp://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/saudiarabia/10000341/Saudi-Arabia-deports-irresistible-men-deemed-too-handsome-to-women.html, April 17, 2013