Grey

Traduction marathon : 576 pages en 7 jours !

C’est le record enregistré par trois traductrices qui ont réussi à adapter un roman de 576 pages en 7 jours seulement. Et pour cause : l’éditeur Lattès a décidé d’avancer la sortie française du quatrième tome de la saga romantique sadomasochiste, Grey, cinquante nuances de Grey par Christian, au 28 juillet.

Qualifiée d’exploit logistique, par le directeur commercial des éditions JC Lattès qui a réussi à mobiliser trois traductrices au lieu d’une habituellement, cette traduction marathon ne peut laisser les traducteurs indifférents.

Est-ce que la relation sado-masochiste entre les deux protagonistes de cette saga s’est transposée à l’éditeur et ses traductrices ? L’éditeur aux tendances sadiques n’a pas hésité un seul moment à imposer à ses traductrices un timing serré sous prétexte de « ne pas priver les lecteurs d’un livre d’été ». Quant aux trois traductrices, la québécoise Denyse Beaulieu, ainsi que Dominique Defert et Carole Delporte, elles ont vraisemblablement accepté les conditions contraignantes qui leur ont été imposées. Denyse Beaulieu, la traductrice qui a aussi supervisé cette adaptation marathon, semble d’ailleurs ne pas se plaindre voire s’y plaire. Pour elle, il a suffi de fixer rapidement certaines conventions pour l’adaptation de certains mots, notamment les termes sexuels. Avec, en outre, une exigence française à laquelle il fallait répondre ; «les habitudes littéraires françaises tolèrent beaucoup moins la répétition du même mot à deux lignes près», a-t-elle précisé dans une entrevue avec Le Parisien (à lire).

«Chacun s’est mis à sa partie, au rythme de douze heures par jour », raconte-t-elle. Donc, environ 27 pages ont été effectivement traduites par jour par traducteur soit plus de 2 pages par heure. Un vrai record qui dépasse de loin les capacités du traducteur humain !

Peut-on dire aller jusqu’à dire que ce record a pu être battu car ce quatrième tome a été qualifié par les lecteurs de « paresseux »?  Ils semblent que plusieurs scènes sont de véritables copier-coller de scènes du premier livre. Preuve à l’appui, des passages du livre de 2012 et celui de 2015 ont été mis côte-à-côte pour comparer. Ce quatrième livre raconte en effet l’histoire du premier roman, mais du point de vue de Christian Grey ! Et dans ce cas, l’on se demande si les traducteurs ont eu recours à une mémoire de traduction pour aller plus vite. Ce serait une première dans le domaine de la traduction littéraire !

Ce qui est certain c’est que ce « roman de plage » a rapporté aux traductrices des droits d’auteurs non négligeables qui ne sont évidemment pas équivalents à ceux de l’auteur. Est-ce une raison suffisante pour accepter de telles conditions de travail ?

Quand la tradaptation échappe aux traducteurs…

Toute réécriture est une transposition, considère le célèbre critique et théoricien littéraire Gérard Genette : on transpose et on transforme le texte en changeant son contexte (historique ou géographique), son angle de vue, ses personnages, son intrigue etc. La traduction est aussi une forme de transposition puisqu’elle consiste à modifier le texte en le transposant d’une langue à une autre. Mais selon Genette, la traduction est aussi « la forme la plus voyante et la plus répandue » de la transposition, donc la forme la plus répandue de la réécriture.

Et c’est bien normal que la traduction soit la plus répandue parmi les réécritures puisqu’avant de modifier le texte, l’écrivain doit le comprendre. Cependant, nous remarquons que même l’acte de traduire est parfois pris en charge par des écrivains qui arrivent à traduire brillamment certaines œuvres comme dans le cas de Baudelaire qui a magnifiquement traduit Edgar Allan Poe.

Par exemple, au Liban, certaines œuvres ont été traduites, modifiées, adaptées à la culture libanaise et représentées par la même personne: la célèbre pièce de théâtre de George Bernard Shaw et qui s’intitule My Fair Lady – qui est d’ailleurs une réécriture du mythe de Pygmalion – a été traduite et adaptée à la libanaise par le dramaturge libanais Roméo Lahoud. Ainsi, My Fair Lady devient Bent El Jabal (la fille campagnarde) : la langue change de l’anglais au libanais, les personnages et les régions changent de nom, mais l’intrigue demeure la même.

Ceci est aussi le cas du célèbre dramaturge, acteur et metteur en scène libanais Antoine Moultaka qui a été l’un des premiers à introduire le théâtre au Liban et dans le monde arabe. Il a fidèlement traduit et représenté de nombreuses pièces connues comme Caligula de Camus Macbeth et Hamlet de Shakespeare, la Résistible Ascension d’Arturo Ui de Brecht, etc. À part la langue, il a aussi modifié le mode de représentation de Dix petits nègres (de son titre original And Then There Were None) d’Agatha Christie en transposant le roman policier anglais en l’un des meilleurs feuilletons classiques libanais. Les Chaises de Ionesco et En attendant Godot de Beckett ont été aussi traduites et représentées sur scène grâce au dramaturge et metteur en scène Roger Assaf.

Grâce à ses œuvres traduites, le spectateur non seulement assiste à des pièces de théâtre, mais il devient immédiatement exposé à la culture et aux messages de la traduction directe qui sort des livres pour se manifester sur scène.

La traduction adaptée ou la réécriture peut être donc confiée au dramaturge, au metteur en scène, au poète ou à l’écrivain, sauf si ce dernier désire ajouter ses propres visions et adaptations au texte. Sinon, il vaut mieux laisser la traduction aux traducteurs.

05

Dix petits nègres est une transposition libanaise qui a modifié à la fois la représentation et la langue