Crédit photo: https://www.facebook.com/pages/%D8%A8%D8%B3%D8%B7%D8%A9-%D8%A7%D8%A8%D8%AF%D8%A7%D8%B9/131519670229327?sk=photos_stream

Palestine : La « Plateforme de l’innovation » au service des jeunes talents

Face aux traditions qui monopolisent le paysage culturel en Palestine, des jeunes se révoltent à leur manière et créent une plateforme d’échange. Cette initiative vise à mettre en valeur les jeunes talents dans différents domaines dont la littérature, la poésie, le théâtre, et l’art…

Repoussés et marginalisés, de nouveaux talents palestiniens trouvent dans la « Plateforme de l’innovation » (بسطة الإبداع) un moyen de s’exprimer et de montrer leurs aptitudes. Le nom de cette plateforme en arabe (basta) rappelle les étalages en bois sur lesquels les camelots (marchands ambulants) exposent leur marchandise. Non, ce n’est pas une coïncidence. Ce nom illustre la facilité de l’échange culturel sur cette plateforme et de la mise à jour de son contenu.

La Plateforme voit le jour suite à des discussions sur le réseau social Facebook entre quelques jeunes qui lancent une initiative visant à mettre en valeur les jeunes talents marginalisés. Ils organisent alors une pièce de théâtre à Ramallah le 17 avril 2010 ciblant les jeunes intéressés par la culture. Suite au vif succès de cette première tentative, la « Plateforme de la poésie », consacrée aux talents poétiques de différents styles, voit le jour. Une troisième étape s’ensuit : la « Plateforme de couleurs » qui fait appel aux talents artistiques. Finalement, le projet « Visions » est lancé et  vise à dévoiler les jeunes talents dans les écoles.

 

La "Plateforme de l'innovation" prend vite du succès.  Crédit photo: http://www.alapn.com/ar/news.php?cat=2&id=14358

La « Plateforme de l’innovation » remporte un vif succès.
Crédit image : http://www.alapn.com/ar/news.php?cat=2&id=14358

Ouverte à tous, la « Plateforme » ne juge les personnes que d’après leurs talents. « Même les handicapés jouissant de talents exceptionnels y sont les bienvenus », déclare fièrement la personne en charge du projet, Mohamed Radi Ata.

Cette initiative vient adoucir les mœurs dans une région marquée par les conflits et les guerres. Elle permet aux jeunes Arabes de s’exprimer en beauté et d’oublier le climat de violence dans lequel ils vivent.

بديعة زيدان، « «بسطة إبداع» تدعم مواهب فلسطينية مهمشة » »، في جريدة الحياة،  ، 5 كانون الثاني 2014

http://alhayat.com/Details/589645

 

 

Saint Jérôme

« L’âme des [traducteurs]-poètes »

Il est évident que la traduction des œuvres littéraires, et notamment celle de la poésie, est la plus difficile des traductions. Dans les autres domaines, un travail de lexique est certes demandé, mais en littérature, il faut non seulement traduire mots et phrases, mais il faut aussi traduire émotion et esthétique. Autrement dit, la traduction littéraire traduit aussi ce qui n’est pas écrit sur les pages.

Il est donc ridicule de négliger le dur labeur du traducteur littéraire car il lui est demandé d’être aussi bien familiarisé avec les structures et les genres de littérature de la langue d’origine qu’avec ceux de la langue d’arrivée. De plus, il doit avoir l’oreille sensible aux rimes et aux musicalités se trouvant non seulement dans les poèmes, mais aussi dans maintes structures romanesques et théâtrales.

On a beau dire que le traducteur littéraire vit dans la sentimentalité et l’exagération. Ceci n’est pas vrai car ce genre de traducteurs en particulier traduit l’intraduisible et concrétise l’abstrait. Ainsi, il sera invité à errer dans un monde de livres où  » toutes les âmes intérieures des poètes [et des traducteurs] sont amies et s’appellent les unes les autres », comme dit Proust.

En somme, la traduction littéraire est un travail délicat et complexe qui consiste en la traduction tant du corps très stylisé d’un texte que de son âme. Si l’on refuse d’admettre cette réalité, c’est parce que l’on n’est plus sensible à la beauté…c’est parce que l’on a perdu son âme.

Saint Jérôme

Saint Jérôme traduisant