La Chávez-attitude en 9 points

Hugo Chávez et son perroquet Simon Bolivar portant un béret rouge confectionné rien que pour lui.

Quelle que soit votre opinion concernant le président vénézuélien Hugo Chávez qui a succombé au cancer le 5 mars 2013, il n’en demeure pas moins que cette figure latino-américaine restera à jamais ancrée dans les esprits pour diverses raisons intéressantes, originales ou simplement cocasses :

  1. Sans prendre la peine d’expliquer le pourquoi, il a interdit le Coca-Cola Zero en juin 2009, le déclarant mauvais pour la santé des Vénézuéliens.
  2. Dans le cadre de son programme hebdomadaire radiodiffusé et télévisé, Aló Presidente, il s’est engagé à interdire la fête de Halloween la considérant comme l’un des procédés impérialistes utilisés par les États-Unis pour terroriser leur propre peuple et les autres nations.
  3. Au cours d’une visite officielle aux États-Unis, quelques mois après avoir été élu président, il a eu le privilège d’effectuer le premier lancer lors d’un match des Mets, le base-ball ayant toujours été l’un de ses sports préférés. Il en a même profité pour sonner la cloche de clôture à la Bourse de New York.
  4. Par contre, il n’aimait pas le golf, si bien que ses partisans ont appelé à la fermeture des deux terrains les plus importants, sous prétexte que beaucoup trop de pauvres vivent dans des bidonvilles au moment où des sommes énormes d’argent sont débloquées pour l’entretien des terrains de golf. Qualifié de « sport de bourgeois » par Chávez, le golf représentait aussi pour lui le comble de la paresse : rien que des soi-disant sportifs se déplaçant en voiturettes de golf !
  5. Lors de sa visite au South Bronx (New York) en 2005, il a promis de vendre du pétrole à prix réduit à tous les habitants à faible revenu du quartier, promesse qu’il a effectivement tenue avec une réduction de 40 % à travers la filiale américaine d’une entreprise pétrolière vénézuélienne. L’entreprise a, par ailleurs, promis une somme de 3,6 millions de dollars échelonnée sur 3 ans dans le but de créer des emplois et de réhabiliter le quartier.
  6. Il a déclaré que le capitalisme est l’ultime responsable de l’anéantissement de la vie sur Mars au cours d’un discours à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2011.
  7. Il a offert un appartement à la trois millionième personne qui l’a suivi sur Twitter. Sur le profil qu’il a créé sur ce réseau social qui l’a visiblement passionné, on pouvait compter plus de 4 millions de followers à sa mort.
  8. Grand fan de Fidel Castro, il a fait partie du quatuor qui lui a chanté « Joyeux anniversaire » lorsqu’il a soufflé ses 75 bougies en 2001.
  9. Il a offert au Président de l’Argentine, Cristina Fermandez de Kirchner, un tableau de lui avec son feu mari Néstor Kirchner. « Personne ne croit que je l’ai moi-même peint », avait-il avoué, « mais j’ai dû recourir à la théorie des couleurs et tout le reste ».

Joséphine CANAAN

Olivia B. Waxman. «Hugo Chávez: Nine Unlikely Facts about Venezuela’s Unusual Late Leader », in Time, http://newsfeed.time.com/2013/03/06/hugo-chavez-nine-unusual-facts-about-venezuelas-late-leader/#ixzz2MrZqjX2q, March 06, 2013.

Be Sociable, Share!

About Joséphine Canaan

« DE L’ORDRE, DE L’ORDRE », nous dit-on ! Mais à quoi bon ? Moi, je me plais bien dans mon désordre ordonné. Une information par ci, une information par là... Dans ma tête, tout cohabite, s’entremêle, s’enlace : l’économie, la littérature, la physique, le droit… tout fusionne, pétille et s’embrase à l’exemple des anges et démons de ma vie qui dansent ensemble à un rythme effréné. Mes idées se plaisent tellement dans ce désordre qu’elles accourent à moi quand j’en ai besoin. Elles me sont bien reconnaissantes de leur avoir accordé une telle marge de liberté ! Une liberté sans prix… C’est d’ailleurs exactement pour cela que j’ai choisi la traduction : pour ne pas avoir à choisir !

One comment on “La Chávez-attitude en 9 points

  1. Très original !! Cet article apporte des informations nouvelles qui resteront ancrées dans notre esprit. Nous pouvons être en faveur de Chávez ou s’opposer à lui, toutefois ne nions pas qu’il se voulait défenseur des pauvres et des plus démunis.

Comments are closed.