The Dark Side of Positivity

In a world where little (or nothing) seems to go right, the philosophy of being positive is gaining more and more popularity. But little did we know that positivity can sometimes backfire when used in the wrong context…

If you scroll down your Instagram feed or read an article on the web, you will definitely stumble upon some rays of positive mottos and headlines: “Only positive vibes”, “Cleanse your mind of bad vibes”, “Turn your head to the bright side”, …

And that’s what you did, you took a yoga mat, prepared your Matcha Tea, and literally turned your head to the bright side- then you took aesthetic pictures because what the point of doing all this cleansing healthy process if it weren’t for people to actually see it?

Fake feelings can be toxic

A clear demonstration of the « Relax and enjoy every moment » mindset

Even after getting some tingly instant happiness, sadness and negativity seem to cling on to you like never before.

There’s nothing wrong about feeling optimistic or positive when it’s genuine. But faking it and suppressing your real feelings and going into denial (so healthy like!) is actually the definition of another kind of positivity: Toxic positivity.

It’s all about the context!

As a translation student, I cannot but highlight the importance of contexts that should be taken into account to avoid such harmful positivity:

  1. Social media is the ultimate cluster of “taken out of context” moments. Thus, the person that you used as a reference might not be happy as they want you to believe. And you are the perfect example.
  2. The context of your life (i.e. your ability to adapt, your feelings, the environment or the circumstances that you live in, the need of a specialist’s help, …)

Always bring your feelings to light, when you look on the bright side of life. I believe that we should not feel guilty about how we feel and put pressure on ourselves for a step that we are not ready for.

Don’t we all get the blues and want nothing but to curl up in bed from time to time?

From delizioso to yummy shou taybeh!

You guessed it right! I’m not going to be exposing the obvious pizza-ish “Mankoushe”. But I am going to talk about a dish that we are all familiar with and most of us love: the Chicken Alfredo Pizza!

Keep in mind that Lebanese are the biggest target-oriented food translators. I’m going to rely on your memory to remember why. If you don’t know what I’m talking about, then you most probably didn’t read my previous article and to be honest, I don’t know what you’re still waiting for!

Wrong name, found fame

First, let’s take the name as an appetizer.

Chicken and pizza, the forbidden love

Alfredo: Sorry to be the one that breaks it to you, but this famous Italian sauce (also found in Fettucine Alfredo) doesn’t even exist in Italy! Mind blowing, no? I mean you can still find a handsome Alfredo just not a tasty one…

Chicken: I don’t know about you, but I can have chicken with any plate ever! Thank God I’m not Italian because, they would never consider adding chicken to a pizza topping for it is not considered as a flavor adding ingredient but a main one!

Cheesus crust!

As for the main course, the ingredients: 

Let’s start with the base, which in this case is the dough. Lebanese, especially moms, love adding milk to anything and everything. Because If they can’t make us drink it, they’re going to milk it! – pun intended. Therefore, unlike Italians we add milk to our fluffy dough.

And how can you ruin the pizza experience for an Italian more? Use the very non-Italian shredded mozzarella. I can still remember the face of my Italian friend when she saw the bag of shredded mozzarella cheese in the supermarket, and I quote her “My nonna must be rolling in her grave right now!”. 

The 7 deadly spices got him killed

After all, we got some ingredients right, such as the “te’leye” (i.e. fried garlic and onions), fresh mushrooms, spinach and heavy cream. But our loyalty to the original dish gets lost once again in our spices; from all shades of white pepper to the black ones and of course our famous sabaa bharat (i.e 7 spices).

And finally, the cherry on top, our abusive use of ketchup! Take it from me and don’t EVER add ketchup to your pizza in front of an Italian! The shame!

Now that you know what Lebanese translators have been cooking for us… which pizza do you prefer? The Italian pizza or the sliiightly less Italian one? 

Eat your words – LITERALLY!

Food is a language, therefore, it’s translatable!

Let your mouths eat, leave the talking to the eyes

Don’t we all feel a certain way when eating specific dishes?
For example, gratin is my awe dish, for it reminds me of the time I was punished for not eating it when young.

Kousa mahshi » is my happy dish, because it’s what my late grandmother always cooked for me.

Pomodoro pasta is my love dish for it is the dish that I always share with my loved one.

Each dish makes me feel something; therefore, eating it is a language. My favorite language, may I say!

Words in a pot, the translation broth

Tomayto, tomahto.

Translation, on the other hand, is what guarantees that any message in any language reaches all people around the globe.

And if cooking is a translation, then Lebanese are the biggest target-oriented translators, for they adapt and mold the foreign dish, until it suits their taste buds. 

However, this form of translation happens everywhere. For instance, « to please American audiences, cream and butter, two staples of traditional Indian cooking, have been cut from recipes to make food less heavy and more « light » and « low fat. ».

Confined, but always refined

Now that we’re all in confinement, and with most imported products going extinct in our supermarkets due to the economic crisis, I’m sure that all of you, little chefs-wanna-be, know what I’m talking about; unless you didn’t go the extra mile and stuck to baking cinnamon rolls.

From Turkish Shawarma with “extra toum (i.e. garlic)”, to Italian pasta “Kattir (i.e. lots of) shredded mozzarella”, and cookies with Tahini instead of softened butter; we’re doing it all wrong!

Can you guess what dish is the biggest victim of the Lebanese target-oriented translation and also the topic of my next article?

Hint: It is round, triangular, and square-shaped, all at the same time!

Thawra…online

Se trouvant par hasard ou de plein gré au Liban après la « thawra » du 17 octobre 2019, des vlogueurs et des médias étrangers ont, par leurs vidéos sur YouTube, transmis au monde entier les images d’une révolution si semblable aux autres et pourtant si différente !

Une révolution où les réseaux sociaux jouent un rôle essentiel

Quand la « thawra » devient un passage obligé pour les touristes vlogueurs   

Quoi de plus efficace qu’un vlog pour soutenir la cause d’un peuple qui vous a accueilli les bras ouverts et pour exprimer son admiration pour un pays aussi beau que le Liban ? 

« My Daily Life in Lebanon (Crazy 14 Day Trip) », titre du vlog du lituanien Jacob Laukaitis, en est un exemple. Dans cette vidéo d’environ 25 minutes, des séquences entières sont consacrées aux manifestations comme si la « thawra » était devenue un site à visiter au même titre que Harissa, Baalbeck et les Cèdres que le vlogueur nous fait découvrir. 

« Forget the MEDIA, this is LEBANON’S REVOLUTION » est le titre du vlog d’un couple américain, qui a décidé, sur sa chaîne ON World Travel, de nous faire vivre en direct la révolution libanaise. Pour Olivia et Nathan, la thawra a occupé une place de choix dans leur vidéo au même titre que les bons plats libanais qu’ils ont pris plaisir à découvrir et à déguster. 

« We Witnessed a Revolution in Lebanon and Saw the 8th Wonder of the World », est le vlog d’un autre couple, Jordan and Chloe Egbert, qui ont l’intention de battre le record du monde homologué par le Guinness du tour le plus rapide de 196 pays souverains du monde. Quarante-sixième pays sur leur liste, le Liban fut pour eux une étape incontournable car, non seulement ils ont pu y visiter ce qui est, à leurs yeux, la huitième merveille du monde (la Grotte de Jeita) mais ils ont aussi été témoins d’événements importants de la révolution.

Comment les chaînes en ligne se proposent d’expliquer la thawra

Si les chaînes de télévision locales ont assuré une retransmission en continu des événements de la « thawra » libanaise, les chaînes en ligne ont, quant à elles, réalisé des vidéos ayant un objectif bien précis.

La spécificité des chaînes en ligne, comme les chaînes françaises Huffington Post et Brut, est que les vidéos consacrées en général aux grandes causes à défendre (féminisme, liberté, démocratie…) sont de courte durée (1 à 3 min), un format plus adaptée aux besoins des réseaux sociaux, et transmettent un message concis et précis.

Pourquoi les Libanais sont descendus dans la rue est le message que Brut tente de transmettre dans son court reportage.

Taxes, crise économique et corruption : des raisons suffisantes pour protester !

C’est l’ampleur des manifestations organisées dans l’ensemble du pays qu’il est possible de voir dans le court reportage du Huffington Post.

Se faisant l’écho des revendications des Libanais, ces vidéos sur la « thawra », vue par des étrangers, pourraient-elles, à votre avis, servir de référence à l’historien dans la construction de son récit ?

Laure Moghaizel ou l’icône d’une femme engagée

Laure Moghaizel (1929-1997) est l’une de ces femmes qui incarnent la détermination, la persévérance, l’ambition et la passion, des traits de caractère que notre société patriarcale tente d’étouffer sous ses lois pesantes. Souhaitant la rencontrer, j’imagine une entrevue avec elle à une étape décisive de la lutte pour le droit des femmes au Liban.

Pensez-vous qu’en 2020 la femme libanaise est totalement libre ?

Vous, jeunes citoyen·ne·s avez bien pris le relais dans la lutte pour les droits des femmes. La preuve, je vous vois utiliser une jolie méthode d’écriture égalitaire qui n’existait pas de mon temps !

Quoique je me sois farouchement défendue pour changer dix lois en faveur des femmes dont le droit de vote, la liberté de circulation et le droit à la contraception, un (très) long chemin reste à parcourir. Vous n’avez toujours pas le droit de transmettre la nationalité libanaise à vos enfants, vous êtes toujours victimes de violence et de trafic sexuel, etc.

Quels avantages ont les femmes libanaises d’aujourd’hui dans cette lutte ?

Vous avez la chance d’être écoutées et lues partout. Nul ne peut à présent faire la sourde oreille aux revendications de la femme libanaise du XXIe siècle.

Vous pouvez changer le cap de notre société et défier les lois et les textes juridiques qui semblent discriminatoires à votre égard.

Vous avez également l’avantage d’avoir des hommes qui défendent vos droits à vos côtés, fait plutôt rare de mon temps. J’ai eu la chance d’avoir un mari comme Joseph Moghaizel, un homme exceptionnel qui m’a ardemment soutenue.

La femme libanaise, bien au-delà des préjugés

Quel message aimeriez-vous adresser aux jeunes Libanais·e·s de ma génération ?

Chacun ·ne d’entre vous est capable de réaliser des changements à tous les niveaux à condition de faire preuve de créativité, de savoir se fixer des objectifs très précis, d’être pragmatique tout en étant idéaliste et surtout de pas convoiter de postes de pouvoir. Le progrès n’est pas offert sur un plateau d’argent. Chacun ·ne d’entre vous a son rôle à jouer !

C’est sur ce message fort que mon entrevue imaginaire se termine.

Je publie ce billet un 21 avril, jour d’anniversaire de Laure Moghaizel, née en 1929, une autre année sombre de l’histoire de l’humanité. Je le publie non seulement pour rendre hommage à cette figure emblématique mais aussi pour transmettre, à mes compatriotes, un message d’espoir, en cette année 2020 marquée par de profonds bouleversements qui remettent en question les fondements mêmes de notre société.

Cette entrevue imaginaire m’a permis de faire revivre une grande figure de mon pays. Et vous, cher·e·s lecteur·rice·s, si vous voyagez dans le temps, quelle personnalité souhaiteriez-vous rencontrer ?

Le couple Moghaizel ou comment les rêves à deux deviennent des réalités