L’Algérie ou… le syndrome du tombeau terrestre

credit image : http://www.zawya.com/story/Focus_on_housing-ZAWYA20120513081044/

Crédit photo : http://www.zawya.com/story/Focus_on_housing-ZAWYA20120513081044/

Les prix de l’immobilier montent en flèche, la demande explose, les maisons deviennent un bien précieux et on vit toujours dans la misère. En Algérie, la demande explose. L’offre, quant à elle, stagne voire se réduit comme une peau de chagrin.

« Des appartements, nous voulons des appartements ! » C’est cette requête que l’on entend dans les rues depuis deux ans et qui exprime bien le mécontentement des citoyens.

En Algérie, comme dans plusieurs pays arabes, se marier c’est aussi avoir sa propre maison. Mais avec les difficultés que rencontrent les couples pour trouver un logement digne de ce nom, tout est remis en question.

Les choix ne manquent pas mais ils sont tous pires les uns que les autres : s’entasser par dizaines dans de petites demeures, dormir à tour de rôle, vivre au sein de la famille élargie avec tous les problèmes que cela suppose, occuper les toits de demeures construites à la va-vite avec des matériaux de base. Résultat : les quartiers populaires algériens se remplissent et les demeures de misère se multiplient.

Ce fait économique a donné naissance à un phénomène social tout neuf. Pas d’appartements, pas de mariage ! En réalité, les jeunes préfèrent abandonner leurs projets de mariage à cause du problème de logement et se résignent au célibat pour de bon. D’après des statistiques officielles, neuf millions d’Algériens des deux sexes sont célibataires. Pour ceux qui « osent » se marier, l’issue n’est pas toujours heureuse : 4 000 cas de divorce sont recensés par an !

Une réalité amère que vit quotidiennement la jeunesse algérienne. Et lorsque, miracle, un jeune couple trouve la perle rare qui lui servira de cocon familial et de catalyseur du mariage, il ne se doute pas de la chance qu’il a. D’où le nouvel adage lorsqu’un couple trouve un toit :  « Nous avons trouvé notre tombeau terrestre en attendant notre tombeau éternel