Quand la pauvreté entre par la porte, le bon sens s’en va par la fenêtre !

human_guinea_pig_t_shirt-p2359327129268060553pfu_400

Apparemment, un nouveau métier a vu le jour dans la société jordanienne. Au lieu de vivre dans la pauvreté et l’humiliation, les Jordaniens choisissent de devenir des cobayes humains pour des firmes pharmaceutiques américaines et européennes.

« Il est préférable de ressentir des douleurs ou d’être pris d’un vertige pendant quelques minutes que de rester à la maison sans un sou », estime Talal, un jeune homme de 25 ans qui se trouve au chômage comme beaucoup d’universitaires jordaniens. « Mon père a payé une fortune pour que je poursuive mes études, alors je ne peux pas rester à la maison en attendant que quelqu’un m’appelle pour une entrevue », ajoute-il. Il y voit aussi un acte humanitaire pour sauver des millions de vies.

Le chômage n’est malheureusement pas le seul motif. Criblé de dettes, Hazem, père de six enfants, se soumet à ses essais depuis cinq ans. Craignant la prison pour ses dettes impayées et la perte de son emploi à cause de la situation économique précaire des industries jordaniennes, il considère ces essais comme sa seule planche de salut.

Une situation idéale pour les firmes pharmaceutiques, surtout après les restrictions imposées sur les essais cliniques pratiqués sur les êtres humains en Europe et aux États-Unis. Les entreprises trouvent en Jordanie un marché qui leur permet de réduire considérablement les coûts de la recherche. Elles ont recours aux courtiers pour recruter des cobayes humains qui sont juste tenus de signer le formulaire de consentement éclairé et ne reçoivent comme indemnité que la maigre somme de 160 dinars jordaniens (environ 225 dollars américains).

Pour les autorités, ces essais respectent la loi. Le directeur général de l’Agence jordanienne des produits alimentaires et médicamenteux, Haeil Obeidat, affirme que l’Agence suit de près le travail des centres de recherche pharmaceutique. Quant au ministre jordanien de la Santé, Docteur Abdel Latif Wreikat, il soutient que les recherches sont soumises aux principes de la Déclaration d’Helsinki qui encadrent les essais cliniques.

Pour les défenseurs des droits de l’homme, comme le chef de l’Organisation arabe des droits de l’homme, Hani Dahleh, les essais sur les humains sont contraires aux lois divines et humaines.

Quoiqu’il en soit, les Jordaniens sont pris entre l’enclume de la pauvreté et le marteau des effets secondaires (nausées, vomissements, palpitations, rhinite, etc.). Ventre affamé n’a point d’oreilles…

Source :

ماهر الشوابكة، « شباب أردنيون «فئران مختبرات» الأدوية … لمواجهة البطالة »، في جريدة الحياة، ١٧

فبراير ٢٠١٣، http://alhayat.com/Details/484077

 

Be Sociable, Share!

Comments are closed.