Laure Moghaizel ou l’icône d’une femme engagée

Laure Moghaizel (1929-1997) est l’une de ces femmes qui incarnent la détermination, la persévérance, l’ambition et la passion, des traits de caractère que notre société patriarcale tente d’étouffer sous ses lois pesantes. Souhaitant la rencontrer, j’imagine une entrevue avec elle à une étape décisive de la lutte pour le droit des femmes au Liban.

Pensez-vous qu’en 2020 la femme libanaise est totalement libre ?

Vous, jeunes citoyen·ne·s avez bien pris le relais dans la lutte pour les droits des femmes. La preuve, je vous vois utiliser une jolie méthode d’écriture égalitaire qui n’existait pas de mon temps !

Quoique je me sois farouchement défendue pour changer dix lois en faveur des femmes dont le droit de vote, la liberté de circulation et le droit à la contraception, un (très) long chemin reste à parcourir. Vous n’avez toujours pas le droit de transmettre la nationalité libanaise à vos enfants, vous êtes toujours victimes de violence et de trafic sexuel, etc.

Quels avantages ont les femmes libanaises d’aujourd’hui dans cette lutte ?

Vous avez la chance d’être écoutées et lues partout. Nul ne peut à présent faire la sourde oreille aux revendications de la femme libanaise du XXIe siècle.

Vous pouvez changer le cap de notre société et défier les lois et les textes juridiques qui semblent discriminatoires à votre égard.

Vous avez également l’avantage d’avoir des hommes qui défendent vos droits à vos côtés, fait plutôt rare de mon temps. J’ai eu la chance d’avoir un mari comme Joseph Moghaizel, un homme exceptionnel qui m’a ardemment soutenue.

La femme libanaise, bien au-delà des préjugés

Quel message aimeriez-vous adresser aux jeunes Libanais·e·s de ma génération ?

Chacun ·ne d’entre vous est capable de réaliser des changements à tous les niveaux à condition de faire preuve de créativité, de savoir se fixer des objectifs très précis, d’être pragmatique tout en étant idéaliste et surtout de pas convoiter de postes de pouvoir. Le progrès n’est pas offert sur un plateau d’argent. Chacun ·ne d’entre vous a son rôle à jouer !

C’est sur ce message fort que mon entrevue imaginaire se termine.

Je publie ce billet un 21 avril, jour d’anniversaire de Laure Moghaizel, née en 1929, une autre année sombre de l’histoire de l’humanité. Je le publie non seulement pour rendre hommage à cette figure emblématique mais aussi pour transmettre, à mes compatriotes, un message d’espoir, en cette année 2020 marquée par de profonds bouleversements qui remettent en question les fondements mêmes de notre société.

Cette entrevue imaginaire m’a permis de faire revivre une grande figure de mon pays. Et vous, cher·e·s lecteur·rice·s, si vous voyagez dans le temps, quelle personnalité souhaiteriez-vous rencontrer ?

Le couple Moghaizel ou comment les rêves à deux deviennent des réalités