Un traducteur canin…ça existe !

Ce n’est pas un canular ! Le traducteur canin existe désormais : il permet de traduire les pensées ou les émotions des chiens en langue humaine.

 

Un waf pour dire « oui »  et deux pour dire « non »

Un waf pour dire « oui »
et deux pour dire « non »

 

Si la version Google Translate pour animaux n’était qu’un poisson d’avril, le développement en cours du dispositif baptisé « No More Woof » (c’est-à-dire « Finis les wafs ») est un projet sérieux qui a réussi à collecter plus de 100 000 $ sur le site de financement participatif Indiegogo.

Ce « traducteur » de pensées ou d’émotions canines est un dispositif conçu par une équipe de recherche scandinave, The Nordic Society for Invention and Discovery (NSDI).

Il s’agit d’un casque équipé de capteurs qui permettent de détecter les signaux électriques du cerveau du chien représentant certains sentiments (fatigue, faim, excitation) afin de les traduire ensuite en langue humaine via un haut-parleur.

Respectueuses à 110% du bien-être des animaux, selon les chercheurs, les expériences menées par la NSDI ont recours à la technologie micro-informatique, à l’électroencéphalographie (EEG) pour enregistrer l’activité électrique du cerveau et au logiciel de l’interface neuronale directe (BCI).

Avec l’anglais comme seule « langue d’arrivée », le premier prototype, encore rudimentaire, sera lancé en avril 2014. Toutefois, les concepteurs promettent des versions plus élaborées  en mandarin, en français et en espagnol.

Traduire le langage animal en langue humaine n’appartient plus à la science-fiction, mais à la science. Ce recours à la technologie qui cartographie le cerveau humain pour l’appliquer au meilleur ami de l’homme va-t-il créer un nouveau marché de traduction avec des combinaisons aussi insolites que chien-homme, chat-homme ?

“Dog-To-English Translation Service in Development”, in Translate Media bloghttp://www.translatemedia.com/dog-to-english-translation-service-in-development.html/, January 10, 2014. (Accessed March 21, 2014)