Le traducteur des « Temps Modernes »

Charlie Chaplin l’a bien prévu : il y a 100 ans, « Charlot le vagabond » fit sa première apparition au grand écran. Mais depuis 78 ans,  Les Temps Modernes, sorti dans les salles en 1936 et qui fut un célèbre film de Chaplin, a bien prévu le développement rapide de la machine dominatrice qui allait mettre l’homme à la soumission et à la dépendance.

On a beau dire que l’homme-Prométhée, que la création s’est révoltée contre le Créateur en le dominant. Et voilà une autre création, cette fois-ci humaine, qui suit le même cheminement en reproduisant de nouveau le complexe de Frankenstein. Chaplin l’a bien montré à travers son propre outil, le cinéma ; mais encore à travers la machine, la caméra. La machine a bel et bien aidé l’homme dans plusieurs domaines, et elle l’a remplacé dans les usines, mais personnellement, je refuse d’admettre qu’elle pourrait vraiment le remplacer. En médecine, elle est l’outil et non pas le médecin. Au cinéma, elle est la caméra et non pas le réalisateur. En traduction, elle est le dictionnaire et non pas le traducteur.

Est-ce que le métier de la traduction est en danger face à l’essor des machines ? Pas vraiment. Il est sûrement évident que la machine, dans la plupart des domaines, ne pourra et ne pourrait atteindre les capacités intellectuelles et les émotions qui sont et qui resteront toujours le propre de l’Homme.

En revanche, la machine peut bien aider l’homme en général et le traducteur en particulier à surmonter plusieurs obstacles. Cette invention est surtout utile dans les usines et les industries. Or, un domaine de sciences humaines, médicales, politiques, audiovisuelles, etc., appartiendra toujours à l’homme.

Enfin, il faut bien noter que l’homme qui devenait dépendant et fou à l’époque (à voir ici Les Temps Modernes), il l’est toujours, mais ceci est dû cette fois-ci non pas à la machine, mais aux applications et réseaux sociaux qui l’assujettissent à la soumission la plus horrible…Tout le monde est désormais plongé dans son Smartphone. Au lieu de se voir, on envoie des photos. Au lieu de se parler, on envoie des messages. En conduisant, on envoie des messages whatsapp. En s’amusant entre amis, on prend des photos rien que pour les poster sur Facebook, etc. Le virtuel domine donc le réel. Résultat : smart phones, dumb people !

Et c’est bien la faute de l’homme…Le génie de Chaplin a bien compris l’usage abusif de la machine et de ses inconvénients. Espérons que les spectateurs de ses films classiques comprendront ce même message.

Louanges à Hermès, le dieu des traducteurs !

« Il parla ainsi, et le Messager tueur d’Argos obéit. Et il prit aussi la baguette à l’aide de laquelle il charme les yeux des hommes, ou il les réveille, quand il le veut. Tenant cette baguette dans ses mains, le puissant Tueur d’Argos, s’envolant vers la Piériè,  semblable à la mouette qui, autour des larges golfes de la mer indomptée, chasse les poissons et plonge ses ailes robustes dans l’écume salée. Semblable à cet oiseau, Hermès rasait les flots innombrables. »[1]

Bien qu’il soit le premier et le seul messager dans la mythologie gréco-romaine, Hermès (ou « Mercure » chez les Romains) était bel et bien connu pour son charme et son pouvoir magique, mais il était encore le dieu des carrefours et des voyageurs, le dieu des grammairiens et des traducteurs. La traduction donc a existé depuis l’Antiquité et s’est répandue non seulement entre commerçants et penseurs pour des échanges économiques et culturels mais elle était encore la mission d’un dieu ; d’un charmeur. Un traducteur ne serait-il pas alors un magicien qui, par sa « baguette », « charme les yeux des hommes [et] il les réveille » par sa traduction ? Ne serait-il pas celui qui a été choisi pour être un messager qui transmet le message d’une langue à une autre ? Et puisqu’il porte le message, ne serait-il pas encore prophète, poète et alchimiste ?

Certes, il est poète et alchimiste puisqu’il a « ses ailes robustes », « ses ailes de géant » [2] qui lui permettent de plonger dans le gouffre textuel et linguistique en « rasant les flots » pour transformer le texte puis en donner un autre nouveau. Autrement dit, un tel métier ne pourrait jamais être remplacé ni par les machines ni par les logiciels. C’est le travail où la tâche et la touche de l’Homme seront toujours et essentiellement nécessaires.

Hermès


[1] HOMÈRE, l’Odyssée, Paris: Pocket Classiques, 1989, page 102, Rhapsodie V.

[2] BAUDELAIRE Charles, « L’Albatros », Les fleurs du mal, Paris : Folio classique, 1996, page 36.