Un peu de noix et un danger pour la santé !

Des perles qui tuent ! Source : http://acclabel.com/produits-services/linguistique/

Des perles qui tuent !
Source : http://acclabel.com/produits-services/linguistique/

Une seule erreur de traduction sur l’étiquetage des denrées alimentaires pourrait avoir de sérieuses répercussions sur la santé des consommateurs.

« Une politique de tolérance zéro doit être mise en œuvre à l’égard de toute erreur de traduction susceptible de provoquer des des problèmes de santé quand l’étiquetage n’est pas à 100% exact notamment quand il mentionne la présence d’allergène, la teneur en sucre, en glucides, et en sel ou l’apport  énergétique, etc. ». C’est par ces mots que Richard Brooks, directeur de l’Association of Language Companies et PDG de K International (une entreprise qui offre des services de traduction) tire la sonnette d’alarme contre l’usage intempestif des logiciels de traduction automatique.

L’industrie alimentaire de l’UE est tenue, d’après Brooks,  de réviser l’étiquetage des produits et partant de la traduction qui en est faite, et ce avec l’entrée en vigueur du règlement INCO (Règlement de l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires) à partir de décembre 2014.

« Traduire l’étiquetage des denrées alimentaires n’est point facile, reconnait Brooks, surtout pour une firme comme nous qui traduit les données relatives à plus de 1 000 produits par semaine.  De plus, les erreurs de traduction dans l’étiquetage des produits provenant de l’étranger persistent. Ces erreurs sont principalement dues à l’utilisation de mémoires de traductions polluées, aux traducteurs qui manquent de professionnalisme et au recours aux systèmes de TA sans aucune post-édition. »

« Google Traduction, par exemple, traduirait la mention« may contain nuts » par « peut contenir des noix » et non pas par « peut contenir des traces de fruits à coque ». Pourtant, l’on sait bien qu’il y a une différence entre les noix et les fruits à coque quand il s’agit de prévenir une réaction allergique. Et cette erreur est largement répandue sur les emballages de produits vendus dans les supermarchés en Europe », constate Brooks. « Il est certes permis d’utiliser des outils d’aide à la traduction mais la révision d’un traducteur professionnel spécialisé dans le secteur alimentaire s’impose », conclut-il.

Si le nouveau règlement INCO vise à ne pas induire le consommateur en erreur sur les caractéristiques, les propriétés ou les effets de la denrée alimentaire, il est de la responsabilité du traducteur de veiller à ce que cet objectif soit atteint.

 

Caroline Scott-Thomas, « FIC regulation: Lost in translation? », in Food Navigator, http://www.foodnavigator.com/Policy/FIC-regulation-Lost-in-translation

Le Liban en chiffres : Une santé de fer et beaucoup de volontariat

Dans son étude démographique sur le Liban, axée surtout sur les jeunes appartenant à la catégorie d’âge des 15-29 ans, M. Riad Tabbarah,  directeur du Centre d’études et de projets pour le développement, expose, chiffres à l’appui, certains fait marquants sur les Libanais, notamment les jeunes de 15 à 29 ans. Dans cet article, nous exposons ce qui a été révélé sur la santé et la participation des jeunes à la vie en société.

icomedecinekr099999999-2aefdb

Santé : Une sensibilisation remarquable

Saviez-vous que presque toutes les femmes libanaises enceintes consultent un médecin durant leur grossesse et presque toutes mettent leurs nouveau-nés sous surveillance médicale dans des hôpitaux, alors que le taux de femmes qui ne consultent pas de médecin après l’accouchement est très bas mais augmente de manière continue ?

Saviez-vous que les statistiques des Nations Unies montrent que le taux de personnes atteintes de SIDA en 2007 était de 6 pour mille habitants en moyenne dans les pays les plus développés, 11 pour mille habitants dans les pays en voie de développement (sauf le sud du Sahara) et environ 60 pour mille habitants dans les pays d’Afrique au sud du Sahara, alors qu’au Liban, il ne dépasse pas 1 pour mille habitants, et c’est un taux stable depuis un certain temps ?

Saviez-vous que la grande majorité des jeunes femmes savent comment se transmet le SIDA et savent qu’avoir des relations sexuelles protégées est une des mesures préventives de cette maladie ?

Saviez-vous que les statistiques internationales de 2007 montrent que le taux de mortalité au Liban suite aux accidents de la route est l’un des plus élevés au monde, relativement au nombre d’habitants,  si l’on exclut le continent africain, et qu’il augmente de jour en jour  et que la majorité des victimes sont des jeunes ?

Saviez-vous qu’au Liban, on commence à fumer avant la quarantaine dans la grande majorité des cas et que le sevrage tabagique ne commence pas avant l’âge de 60 ans ?

Saviez-vous que le taux de handicap chez les jeunes a beaucoup diminué depuis la fin des années 1990 et la raison principale est que les handicaps générés par la guerre civile ne concernent plus les jeunes d’aujourd’hui parce que la plupart n’étaient pas encore nés à la fin de la guerre alors que le handicap touche surtout la catégorie des 30-45 ans ?

Saviez-vous que presque toutes les études concernant les répercussions des guerres successives sur la santé psychologique des enfants et des jeunes au Liban montrent que la propagation des troubles psychiques chez les enfants libanais ne diffère pas de celle enregistrée chez les enfants des pays qui n’ont jamais connu de guerres, et que la comparaison entre des enfants qui ont vécu la guerre dans certaines régions du Liban (comme le Sud par exemple), avec des enfants vivant dans d’autres  régions ne reflète pas de différences palpables quant à la propagation des maladies psychiques ?

Participation des jeunes à la vie en société : Volontariat en hausse

MedicalTeam-743a4

Saviez-vous que le Liban est l’un des 12 pays au monde sur 228 à déterminer l’âge minimum pour voter (21 ans) à plus de 18 ans ?

Saviez-vous que le volontariat au Liban est l’un des plus développés au monde et qu’il est en accroissement continu alors qu’il diminue dans le reste du monde ?

Saviez-vous qu’il y a plus de 1 000 ONG qui s’occupent des  jeunes au Liban mais que le siège de la plupart d’entre elles est à Beyrouth ou au Mont-Liban alors qu’il y en a moins au Sud et à Nabatyeh ?

 Prochain article : Le Liban en chiffres : Mariages tardifs et un aller simple

Crédit photo : http://www.atoute.org/n/article/sante-2-0-perspectives.html

Crédit image : http://images.chefdentreprise.com/Images/Breves/ALaUne/2649/alaunelienimage2649-0.JPG

Source :

رياض طبارة، « حقائق سكانية لبنانية: الشباب 27% من السكان نسبة مشاركة الشباب لم ترتفع كثيرًا منذذ العام 1970″، في جريدة النهار، ١٩ أيار ٢٠١٣، http://newspaper.annahar.com/article.php?t=mahaly&p=11&d=25079